[3DS] Le test de Dragon Quest VIII : L'odyssée du Roi Maudit

[3DS] Le test de Dragon Quest VIII : L'odyssée du Roi Maudit

Peu de licences peuvent se targuer d’avoir traversé l’histoire du jeu vidéo des années 80 à nos jours, c’est pourtant ce qu’a réussi à faire la série des J-RPG Dragon Quest dont le premier opus est sorti au pays du soleil levant en 1986. En ce début d’année 2017, Dragon Quest VIII : L'odyssée du Roi Maudit fait son apparition sur la Nintendo 3DS, près de 10 ans après sa sortie sur Playstation 2 et espère bien séduire une nouvelle fois toute une génération de fans de J-RPG. Alors mission réussie ?



IL ÉTAIT UNE FOIS UNE HISTOIRE DE MALÉDICTION ET DE DESTRUCTION.
Un Bouffon maléfique et sorcier de son état, nommé Dhoulmagus, vient d’attaquer le château du Roi Trode, le détruisant en grande partie et massacrant toute âme présente dans les environs à l’exception du monarque et de sa fille. Mais voilà, s’ils sont encore en vie c’est parce que l’ignoble Dhoulmagus a décidé de les châtier en transformant le Roi en un monstre vert peu ragoutant et la princesse Medea en une pouliche parée d’une belle robe blanche.

Vous incarnez le Héros à qui vous devrez donner un nom dès les premières secondes de jeu. Accompagné d’une petite souris, Munchie, dont vous aurez l’occasion de voir qu’elle est pleine de ressources, de Yangus, ancien voleur repenti, du roi Trode et de Medea vous partez à la recherche de Dhoulmagus, espérant trouver un moyen de l’arrêter et de faire reprendre forme humaine à la famille royale. Par la suite, au fur et à mesure que vous progresserez dans l’histoire, vous aurez l’occasion de rencontrer d’autres personnages qui viendront étoffer les rangs de votre équipe.

Cette quête de la justice vous mènera dans de nombreuses contrées, sur de multiples continents et une fois passées les premières heures de jeux au cours desquelles le joueur est relativement guidé, il sera possible d’évoluer à loisir dans un grand monde ouvert. En effet, dans Dragon Quest VIII, pas de chemin tout tracé, complétement balisé mais au contraire la possibilité pour le joueur de se déplacer et découvrir à loisir l’énorme carte qui s’offre à lui. Les décors rencontrés y sont variés et les régions très bien pensées puisqu’elles recèlent de lieux cachés à explorer et de coffres au trésor à trouver. Le revers de la médaille dans ce monde complétement ouvert est qu’il n’est pas toujours aisé de savoir où l’on doit se rendre afin de poursuivre la quête principale, notamment lorsque nos aventuriers sont amenés à changer de continents ou à explorer de nouvelles zones inconnues. [...]

Lire la suite sur le site de JeGeekJePlay pour lequel j'ai rédigé ce test: [3DS] Le test de Dragon Quest VIII : L'odyssée du Roi Maudit


Partager sur Google Plus

Article par ikekreham

Rédacteur sur Geek Players Club (http://www.geekplayersclub.fr/)
Testeur Nintendo pour JeGeekJePlay (http://www.jegeekjeplay.fr/)
Accros aux nouvelles technos, informatique, domotique, jeux vidéo et tout ce qui se bidouille sont mes amis.
    Commentaire Blogger
    Commentaire Facebook

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire