[PS4] Test de Rocket League.


Peut être avez-vous déjà entendu parlé de Rocket League, le jeu de sport de Psyonix sorti il y a quelques mois sur PC et PS4. Dans ce jeu de foot, point de Ronaldo ou d'Ibra mais des pilotes au volant de bolides survitaminés qui s'affrontent dans des parties endiablées allant du 1vs1 au 4vs4. Pourquoi tester ce jeu alors qu'il est déjà sorti depuis plusieurs mois me direz-vous ? Tout simplement parce que le blog n'existait pas lors de la sortie du jeu et que l'actualité du titre ces derniers mois se prête bien à un retour de la part de Geek Players Club sur ce titre original. Alors sans plus attendre, allons-y !

EN VOITURE LE TERRAIN TU ARPENTERAS.
Rocket League est donc un jeu de football dont les différents terrains sont des sortes de grandes arènes grillagées où il vous sera possible d'évoluer aussi bien sur le plancher des vaches que sur les murs grillagés au moyen de véhicules survitaminés.Votre véhicule permet de partir à l'assaut d'un ballon géant qu'il vous faudra pousser dans les buts adverses. Pour ce faire, vous pourrez compter sur un frein à main ultra performant ainsi que d'un boost bénéficiant d'une jauge et qu'il faudra recharger en roulant sur des pastilles disséminées sur le terrain. Enfin, il est également possible de faire sauter votre véhicule dans la but d'intercepter le ballon ou de tirer au but. 

Si la prise en main du titre est assez rapide et vous permettra dans un premier temps de faire quelques matchs où l'on fonce dans tout ce qui bouge, on se rend vite compte que le titre n'est pas si simple qu'il en a l'air et que la maîtrise du véhicule ne se fera pas sans un peu de pratique et surtout sans avoir suivi les différents tutoriels qui apporteront les bases. Ces entraînements sont extrêmement importants puisqu'ils vous apprendront les bases des déplacements sur le sols et les murs mais également en l'air puisqu'en combinant saut, boost et orientation du véhicule, il est possible de faire décoller son véhicule à l'instar d'une fusée, vous permettant ainsi d'intercepter des ballons jusqu'alors hors de portée.


SOLO ET MULTI SONT AU PROGRAMME.
Rocket League propose un mode solo ainsi qu'un mode multi. Dans le mode solo, il est possible de réaliser des matchs d'exhibitions allant du 1vs1 au 4vs4, de régler différents niveau d'IA pour les "bots" qui joueront avec vous ou contre vous. Idéal pour se familiariser avec le gameplay avant de se lancer dans le grand bain du multi, je ne saurais que vous conseiller d'éviter le niveau de difficulté le plus faible. En effet, dans ce mode, l'IA est vraiment "mauvaise" et ne vous apportera aucun challenge ni vraiment l'opportunité de vous améliorer. En mode solo, il est également possible de faire tout un championnat. Ce mode n'est au final rien de plus qu'une succession de matchs d'exhibition qui n'a pas vraiment de valeur ajoutée. Honnêtement, très vite l'envie vient d'abandonner le mode solo pour aller jouer en mode multi et se frotter aux joueurs confirmés ou non.

UN MODE MULTI QUI SURPASSE TOUS LES AUTRES MODES.
Première étape, on se dirige vers le garage pour aller choisir notre voiture et faire de celle-ci un véhicule unique qui nous représentera. Plusieurs modèles sont disponibles dès le départ, le choix se fait purement en fonction de l'esthétique et des gouts de chacun puisque les véhicules n'ont pas de caractéristiques techniques propres susceptibles d'influencer le déroulement du jeu. Couleurs, toit, motifs et ornement de la tige d'antenne sont également de la partie. Au début du jeu, vous n'aurez que peu de choix mais de nouveaux véhicules et de nouvelles customisations peuvent être achetées au moyen de DLC dont le prix est généralement abordable, avec un prix tournant autour des 4€. Des customisations seront également automatiquement débloquées régulièrement à l'issue des matchs, que ceux-ci aient été gagnés ou perdus.


Une fois le véhicule choisi vient le moment de rejoindre une partie en ligne. Ils vous est alors possible d'héberger vos propres parties ou rejoindre une partie existante. Libre à vous de préciser ou non le type de parties recherchées, via le nombre de joueur par match, la forme du ballon (rond ou carré), le mode football ou au contraire le mode Hockey, où le ballon est remplacé par un palet, etc. Parmi les mises à jours récentes, la mise à jour apportant les Mutators a permis au jeu de s'étoffer. Les Mutators sont de réglages et des paramètres prédéfinis qui ajoutent de la profondeur, de la diversité et encore plus de fun et d'action au titre. Parmi ces nouveaux modes de jeu, "Moonball" qui vous fait évoluer dans une arène où la faible gravité influera sur votre conduite, "Cubic" vous fera jouer avec une balle carré alors que dans "Beachball" la balle sera démesurée.


D'autres variantes sont également disponibles mais je vous laisserais le soin de les découvrir afin de ne pas gâcher l'effet de surprise. Il est également possible de créer de parties complètement personnalisées ou de s'appuyer sur la playlist "Mutator Mashup" afin d'affronter d'autres joueurs sur des modes choisis par Psyonix.

UNE TECHNIQUE MAÎTRISÉE MAIS SANS FIORITURE.
Au niveau de la réalisation du titre, les graphismes sont sympathiques, c'est joli et bien réalisé sans pour autant être exceptionnel. En dehors des matchs, la bande musicale nous gratifie d'excellents morceaux qui se marient bien avec l'atmosphère du titre. Dommage cependant, qu'aucune musique ne soit présente lors des matchs où Psyonix semble avoir fait le choix d'une atmosphère immersive en se contentant du bruits des véhicules et des clameurs, sirènes et autres éléments d'ambiance du stade. Là où réside la grande force du titre c'est dans l'animation qui est tout simplement parfaite et qui permet de rentrer totalement dans le jeu, de partir à l'assaut des buts adverses ou au contraire de se placer en tant que dernier rempart face à l'adversaire.

DLC MON AMOUR.
Rocket League est un titre qui reçoit assez régulièrement des DLC. Ceux-ci sont essentiellement constitués de nouveaux véhicules, de nouveaux stickers, de nouvelles personnalisations de toit, etc... mais ne contiennent pour le moment jamais de terrains spécifiques, Psyonix proposant des mises à jour gratuites lors de l'introduction de nouveaux modes de jeu ou de nouveaux stades. Ces DLC peuvent également être "événementiels" comme se fût par exemple le cas pour le DLC "Retour vers le Futur" qui permet de conduire la Delorean de Doc et Marty.

Rocket League - Chaos Run DLC

VERDICT: SE METTRE OU NE PAS SE METTRE AU SPORT ?
La réponse est oui sans le moindre doute. Rocket League est un jeu au gameplay fun et dynamique qui vous fera vivre des parties endiablées et vous obligera à sans cesse progresser et vous améliorer, surtout si vous désirez participer aux parties classées, qui font de Rocket League un véritable jeu d'eSport. Mais que vous décidiez d'y jouer en tant que sportif ou en dilettante, il ne fait pas l'ombre d'un doute que le jeu de Psyonix vous scotchera de nombreuses heures à votre manette. Par ailleurs, si auparavant on pouvait se plaindre d'un manque au niveau des modes de jeu, la mise à jour apportant les Mutators a comblé ces lacunes qui revenaient fréquemment dans les tests publiés lors de la sortie du jeu. Un bémol cependant, si vous n'aimez pas jouer en multi en ligne, passez votre chemin, le jeu prenant tout son potentiel dans le multijoueurs et le solo n'était pas à la hauteur puisqu'il sert, à mon sens, plus à s’entraîner un peu avant de sauter le pas du multi. Dernier conseil: ne vous décourager pas, car s'il semble facile à prendre en main, il est plus compliqué techniquement qu'il en a l'air et vous demandera de nombreuses heures de pratiques pour pouvoir maîtriser certains mouvements complexes.

Disponible pour le moment uniquement sur PS4 et PC, une version XBox One devrait faire son apparition en ce début d'année 2016.

On a aimé !
La qualité du gameplay, sa fluidité.
L’aspect accessible au débutant tout en laissant une marge de progression énorme pour maîtriser le titre.
Le mode multi en ligne et local.
Les parties sont dynamiques, pleine de rebondissements et addictives.
La personnalisation assez poussée des véhicules.

On est moins fan...
Les mode solo pas à la hauteur du reste du titre car vraiment pas passionnant.
Ambiance sonore durant les matchs un peu pauvre. J'aurais aimé pouvoir choisir d'avoir un musique de fond ou non.


Partager sur Google Plus

Article par ikekreham

Rédacteur sur Geek Players Club (http://www.geekplayersclub.fr/)
Testeur Nintendo pour JeGeekJePlay (http://www.jegeekjeplay.fr/)
Accros aux nouvelles technos, informatique, domotique, jeux vidéo et tout ce qui se bidouille sont mes amis.
    Commentaire Blogger
    Commentaire Facebook

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire