Test d'Assassin's Creed IV: Black Flag.

S’il y a bien une licence qui sait nous plonger dans les temps passés et nous faire découvrir ou redécouvrir des pans de l’Histoire, c’est celle d’Assassin’s Creed. Cette fois, c’est l’univers de la piraterie du XVIIIe siècle qui est mise à l’honneur par Ubisoft dans Assassin’s Creed IV : Black Flag où vous allez incarner Edward Kenway. Le nom Kenway vous dit quelque chose ? Rien du plus normal puisqu’Edward n’est autre que le grand père de Connor, héros de l’épisode précédent.


CHRONIQUE D’UN HÉROS PAS SI ORDINAIRE.

1715, Edward a quitté l’Angleterre, laissant derrière lui l’ensemble de ses biens et sa compagne Caroline dans l’espoir de faire fortune. Alors qu’il aurait pu rejoindre la marine royale, moins risquée, Edward s’y refuse, cette dernière étant nettement moins lucrative que la piraterie. C’est dans les caraïbes, sur le pont d’un bateau, que nous retrouvons Edward alors qu’il est en plein combat pour sa survie, le navire sur lequel il est alors moussaillon étant attaqué par celui d’un Assassin. Au terme, d’un rude combat en pleine mer, les deux vaisseaux sont détruits et vous échouez sur la plage d’un ilot en compagnie de l’Assassin, bien mal en point et qui vous demande de l’aide pour se rendre à la Havane. C’est à cet instant qu’Edward va prendre une grande décision, celle de poursuivre et tuer l’Assassin afin de prendre sa place. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que cela va le propulser dans un monde qu’il n’aurait jamais cru fréquenter et où il côtoiera à la fois le meilleur et le pire de l’humanité. [...]

Lire la suite de ce test sur le site JeGeekJePlay pour lequel je l'ai rédigé: [Wii U] Le test de Assassin's Creed IV : Black Flag 

Partager sur Google Plus

Article par ikekreham

Rédacteur sur Geek Players Club (http://www.geekplayersclub.fr/)
Testeur Nintendo pour JeGeekJePlay (http://www.jegeekjeplay.fr/)
Accros aux nouvelles technos, informatique, domotique, jeux vidéo et tout ce qui se bidouille sont mes amis.
    Commentaires Blogger
    Commentaires Facebook

2 commentaires: